Le Voilier au Ruban Rouge. Proudly created with Wix.com

 

Maintenant je sais !

November 5, 2019

 

Pour aller très vite en IMOCA il faut se geler une partie du cerveau et accepter de perdre le contrôle ...

 

Ça c'est fait ! Sous petit (300m2) gennaker et 1 ris dans la grand-voile nous avons donc attaqué par plus de 30 nœuds de vent pour voir ce que ça fait ...

Et bien c'est chaud mais ça va vite, des moments à plus de 20 nœuds de moyenne des pointes à 27 et le bateau qui enfonce son étrave dans les vagues pour la soulever et la projeter par-dessus le bateau en une douche permanente par-dessus la casquette et à travers le piano ...

 

 

 

Grand spectacle avec des embardées et tout qui est secoué comme dans un shaker.

 

On peut juste regarder, s'accrocher et se dire que ça passe ... Et ça passe une heure 6 heures 20 heures, on a lancé la grande loterie et on se dit que « y a ka » penser à autre chose, écouter ACDC et surtout congeler le bout raisonné et raisonnable du cerveau.

 

C'est passé comme ça un bon moment et nous avons ainsi repris 2 places jusqu'au grand planté ...

 

La mer avait pas mal grossi ce matin et dans une accélération l'avant du bateau s'est planté dans la vague qu'il rattrapait et au lieu de ressortir a continué de plonger jusqu'au mât.

 

Le coup de frein a été monstrueux et dans ce cas 2 possibilités : le mât lâche sous la pression ou le bateau à l’arrière-train levé tourne sur son axe. Là, il a tourné au lof et est reparti au près serré avec le gennak battant.

 

Le temps de choquer en grand la grand-voile pour re-abattre, la bordure du gennak a cédé et a commencé à se déchirer. Nous avons alors mis toute notre énergie à le rouler comme on pouvait et ensuite à l'affaler pour le mettre en soute ...

 

Puis sommes repartis avec le foc J2 que nous avons toujours en l'air.

C'est pas de chance que la première sortie de route nous coûte notre gennak mais je savais que l'on n'avait plus le contrôle et m'attendais à un moment à toucher la limite et bien c''est fait !

 

Je suis content d'avoir enfin touché la limite du bateau car jusqu'à présent c'était ma la limite !

Ça met en lumière un problème de portance de la carène de mon bateau et comprends pourquoi Louis privilégiait le petit spi.

 

Sur aussi que porter 480 m2 de toile dans un vent moyen de plus de 30 nœuds avec des pointes à 36 nœuds n'est pas très raisonnable, mais bon c'est la classe IMOCA et les copains devant le font ...

 

Maintenant on marche 5 nœuds en moyenne moins vite, CQFD

 

Un des avantages de cette douche permanente c'est que c'est l'opportunité de la prendre et même tout habillé. Tolga a ensuite fait les finitions ... D'ailleurs son gilet de sauvetage s'est déclenché comme s’il était tombé à l'eau, heureusement on a du spare !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une manière de ne pas trop penser quand on déboule au-delà du raisonnable c'est d'écouter de la musique, voilà un bout de mes Play Listes du moment :

 

Simply Red pour redevenir cool 

Véronique Sanson pour chanter avec elle, ça enlève la peur

Pat Metheny quand on est juste spectateur du grand show de la glisse sur mer cabossée

Compilation acoustique pour oublier 

Le top 500 de Rolling Stones Magazine pour retrouver les grands standards et penser au prochain concert des Tech a Break 

 

 

Voilà pour cette journée bien remplie, cette nuit on va commencer à descendre à l'Est des Iles du Cap Vert. Il faudra refaire sans doute un bord d'ouest avant de plonger vers le pot au noir.

 

La suite demain

 

Prendre des risques c'est vivre un peu plus à conditions de savoir se protéger sinon on peut vivre beaucoup moins. 

 

Pensez-y et allez-y !

 

Belle journée/nuit

Erik

Please reload

Le programme,
4 ANNÉES POUR COURIR LE MONDE

Départ de la Transat Jacques Vabre

October 27, 2019

1/10
Please reload

Actualités

November 15, 2019

November 12, 2019

November 12, 2019

November 11, 2019

November 9, 2019

November 9, 2019

Please reload