Le Voilier au Ruban Rouge. Proudly created with Wix.com

 

Au Sud Des Açores

November 9, 2018

 

C'est intéressant de voir comment on évolue dans la durée dans des situations de stress, est-ce du fatalisme ou juste une intégration du risque dans son logiciel et son rangement dans une boite mémorielle prête à être réouverte à la moindre alerte ?

 

Et oui pas de chance pour vous depuis 24h c'est cool et des pensées me viennent quand je somnole sur mon Fatboy. Désolé pour ceux qui préfèrent de l'action et de l'inattendu mais ne vous inquiétez pas ça va revenir !!

 

Bon, donc il y a des trucs qui me stressent à mort :
. Est-ce que le moteur va démarrer car j'ai besoin d'énergie pour le pilote automatique,
. Est-ce que l'électronique ne va pas sauter à nouveau ce qui déconecte le pilote automatique et donc juste derrière c'est la panique totale pour récupérer le bateau et remettre en marche l'électronique,
. Est-ce qu'il n'y a pas devant moi un bateau sans AIS ou une épave ou une baleine car sachez que je regarde devant le bateau environ 5 minutes par jour (ce sera un peu plus quand on ira vers l'ouest car il y aura les couchers de soleil...)
.Est-ce que je ne suis pas trop toilé si il y a un grain avec d'un coup 40 noeuds de vent ?

 

Et je peux vous dire que les premiers jours on y pense tout le temps et puis petit à petit si tout se passe bien, on range son angoisse et on commence à apprécier de naviguer sans flipper en permanence. Bien sûr j'ai toujours la petite angoisse quand j'appuie sur le démarreur et quand le bateau tape une grosse vague je regarde mes compteurs pour voir si j'ai toujours mon pilote automatique en fonction mais la plupart de temps je n'y pense plus ou au moins je n'en ai plus conscience. Je pense qu'il y a une part de fatalisme, pas la peine de flipper avant le souci si ça doit te gâcher la vie et puis on verra bien (on vit ça avec les attentats) et puis je pense aussi que si on a tout préparé pour le cas où et surtout fait le maximum pour que ça n'arrive pas la tête se charge de débrancher progressivement les inquiétudes et de se focaliser sur des choses plus positives.

 

Il y a aussi sûrement un facteur fatigue, là je me suis bien reposé, j'ai mis des vêtements propres (j'ai ressorti  le short, ça se réchauffe !) et commence à manger normalement... le train-train quoi !!

 

Bref ça va mieux, le plaisir de naviguer dans ces eaux qui me font toujours rêver prend le pas sur le plaisir a posteriori d'avoir passé trois dépressions proprement en me plaçant sur l'axe de Madère (où il va falloir choisir une option de route) et avec un bateau sans avarie majeure (je touche du bois/carbone !). Bref prendre du plaisir dans le présent et non pas d'avoir fait ce qui est un peu le but des vacances non ?

 

Pour la navigation, j'ai réparé le ZS du ris 3 et donc ai renvoyé de la toile et là je vais manger une blanquette de veau ce qui est une récompense suprême pour mes papilles (avec une crème vanille derrière).

 

Ah oui j'ai passé l'après-midi avec Orelsan dans les oreilles en position relax sur mon pouf, c'était cool. Petite  pointe à 15 noeuds, ça glisse bien, pas de mer ici…

 

Voilà demain je passe à l'ouest de Madère et va falloir décider de la stratégie pour trouver les alizées qui sont  très sud et quand même gagner dans l'ouest...

 

Aller la blanquette m'attend...

 

A demain
Erik

Please reload

Le programme,
4 ANNÉES POUR COURIR LE MONDE

Départ de la Transat Jacques Vabre

October 27, 2019

1/10
Please reload

Actualités

November 15, 2019

November 12, 2019

November 12, 2019

November 11, 2019

November 9, 2019

November 9, 2019

Please reload