Le Voilier au Ruban Rouge. Proudly created with Wix.com

 

Qualifié pour le Rhum !

July 29, 2018

 

C'est maintenant officiel, ma participation en IMOCA à la Route du Rhum 2018 est validée !

 

La fin de la Drheam cup a été longue avec une renverse de courant au cap de la Hague et le vent mollissant. Il a fallu attendre 20h vendredi pour passer la ligne et que le courant se renverse.

 

Ce qui fait plaisir (entre autres) c'est de finir à vue de la majorité des autres IMOCA alors que j'ai été très conservateur et ai pris beaucoup de marge de manoeuvre lors de cette première course en solo. J'ai maintenant des repères même si je ne vais pas pousser les limites avant d'engranger plus d'expérience...

 

Pour ce qui est des manoeuvres de base : virements, prise de ris, changement de focs, empannages dans du vent medium, je suis confiant, il y a juste l'enroulé de J1 dans la brise que je trouve un peu dur et donc trop long (ce qui peut générer des salades d'écoute à la fin de la manoeuvre), faudra que je vois si c'est normal ou pas...

 

Là où c'est plus tendu c'est le « chaussettage » du grand spi de 450m, faut qu'on mette en place une solution pour le faire à partir de la colonne de winch (et même chose pour le petit spi qui lui va servir dans la brise).

 

J'aurais pu attaquer davantage dans la descente vers le Fastnet avec un gennacker au capelage mais n'ai pas cette voile dans la soute et de toute manière il y a une limite du nombre de voiles donc des choix à faire (assez rapides pour le moment faute de moyens pour en acheter des nouvelles).

 

Les communications par satellite ont bien marché mais j'ai un souci sur la configuration électronique standard avec un composant qui fait planter le réseau/bus toutes les X heures (aléatoire), je n'ai pas de GPS dessus (donc pas de vitesse fond) et le compas du gyropilot délire. Bref j'ai dû utiliser le bus de secours qui lui a bien fonctionné mais qui a moins de fonctions, d'afficheurs et pas de télécommande ce qui est un souci pour toutes les manœuvres hors du cockpit... On verra ça en septembre avant le défi Azimut de Lorient (qui inclut une course en solo de 24h).

 

Côté énergie, pas d'alertes en direct sur les "smart batteries" mais des blocages de charge à investiguer. Maintenant je connais bien cette partie et il y a juste la sensibilité de la pompe à eau du moteur à voir et trouver une source d'énergie de secours pour la Route du Rhum.

 

Côté gestion du sommeil c'est très différent du trimaran car les moments où on est "tranquille" ne sont pas les mêmes. Sur l'IMOCA, à partir du moment où les conditions météo sont stables (qu'elles soient cool ou pas du tout) et que l'on a trouvé un bon équilibre au bateau pour que le pilote automatique marche bien on peut aller passer un moment sur son Fatboy. Le stress est surtout lié aux autres bateaux (risques de collision) et potentielles mauvaises rencontres de surface océanique. Alors qu'en Tri c'est le risque de chavirer qui prime dès que le vent monte un peu. Je n'ai pas beaucoup dormi les 4 nuits de la Drheam Cup mais c'était lié aux conditions changeantes de vent en force et direction et le besoin d'ajuster en permanence le bateau à ces changements.

 

Pour la partie performance, le bateau n'est pas le plus rapide du plateau et on a vu hier au départ du convoyage vers La Rochelle les Foilers accélérer en déjaugeant au reaching de manière impressionnante... mais il y a de quoi jouer avec les bateaux de la même génération et je dois travailler cette partie perf au fur et à mesure que la confiance dans les manoeuvres augmente.

 

Il y a pas mal d'améliorations que l'on pourrait apporter au bateau en particulier sur son système de ballasts centraux, sûrement du poids à gagner... mais pour ça il faudrait des sponsors/partenaires qui s'associent au projet et pour l'instant on rame de ce côté.
Les copains de La Rochelle, de Gujan et le Team Lalou Multi nous aident à préparer le bateau et à assurer la logistique course mais sans source de financement ce sera difficile de continuer en 2019 en IMOCA.

 

J'imagine de recourir pour boucler cette année à un financement participatif mais on parle de budgets conséquents pour aller jusqu'au Vendée 2020. Pour vous donner une idée, le changement de voile de quille, un jeu de voiles neuf, l'assurance pour 2 ans de plus et nous voilà à 600k ? Sans aucun travail de maintenance et de remplacement de pièces usagées et en continuant de faire travailler bénévolement les copains (et je ne compte pas non plus la participation aux courses avant le Vendée Globe).

 

Bref, on va y travailler (je m'y attelle dès le convoyage fini) mais le voilier au ruban rouge a besoin d'entreprises qui soutiennent son message. La prévention, la collecte de fond pour lutter contre le sida sont à un tournant car si on ne va pas vers l'arrêt de l'épidémie en 2030 on va condamner les nouvelles générations à gérer ce risque et ses conséquences comme nous devons le faire aujourd'hui.

 

Voilà; on a un peu de temps car de toute manière j'irai au bout pour 2018 mais c'est maintenant que les budgets 2019 commencent à être discutés...

 

Amitiés à tous, merci de soutenir l'IMOCA vers un monde sans sida et on se retrouve au plus tard en septembre pour le défi Azimut.
Prenez soin de vous et de vos proches
Erik

Please reload

Le programme,
4 ANNÉES POUR COURIR LE MONDE

Départ de la Transat Jacques Vabre

October 27, 2019

1/10
Please reload

Actualités

November 15, 2019

November 12, 2019

November 12, 2019

November 11, 2019

November 9, 2019

November 9, 2019

Please reload