Le Voilier au Ruban Rouge. Proudly created with Wix.com

 

Dilemme sociétal en haute mer, l'éolienne embarquée muselée ou pas ?

May 12, 2016

 

Je profite du vent modéré à contourner une dernière bulle anticyclonique pour partager un nouvel état d'âme. Et oui encore un... Après, le j'en ai marre ya trop de vent ! Le j'en ai mare ya pu d'vent ! Le et puis ça casse de partout et j'aime pas le bricolage ! Le chui pas venu ici avec un piolet, l'Everest de la voile c'est une image ! Voilà, le  bon ben je lui cloue le bec ou pas à mon éolienne ?? 

Mon engagement avec AIDES pour couper la chique au sida est je pense agréé (et désole d'être lourd mais ça passe par  le financement des actions par nous tous et les dirigeants des grands états dont on va s'occuper aussi très bientôt, comptez sur nous), mais je suis aussi depuis toujours et des fameux cours d'écologie à l'université Pierre et Marie Curie rue Cuvier, sensible à l'équilibre de notre environnement...
C'est donc bien naturellement que j'ai embarqué une source d'énergie alternative au moteur diesel du navire, en l'occurrence une éolienne. Alors pour ceux qui sont pas au courant il y a des modèles un peu plus pratiques et adaptés que celles posées sur le bord des autoroutes ou dans d'autres sites plus sensibles...
Bref ma mienne est posée sur un joli mât en carbone (matériel fourni par Stratocompo, stratifié par Technivoiles Pinta, merci les gars ça tient super bien !) sur le bras arrière tribord du trimaran
Et ca marche ! Je réduit ainsi ma consommation en carburant fossile de 20% c'est génial ! mais... J'ai augmenté de 300% ma consommation de Doliprane et n'entend plus parfois le bruit du vent (et on en génère du vent sur cette  trapanelle !) couvert par le sifflement à petite vitesse qui devient vrombissement créant une légère vibration à tout le bateau (bon c'est vrai qu'il est très mou mais quand même) quand elle s'emballe ce qui est très fréquent vu le vent apparent que je crée
Pour l'instant ma fibre militante l'emporte et je résiste à l'entraver pour quelques temps, mon instinct de survie aide aussi car quand elle m'en met plein les acouphènes elle sait bien qu'elle est inaccessible au bout du bras, là où les vagues passent par dessus le flotteur...
Donc, je n'ai pas hésité à sacrifier une partie de la vue imprenable sur la mer de ma terrasse flottante avec un  parc éolien (on commence toujours avec 1, le Minimum Viable Product pour les personnes Agile, message subliminal  pour les collègues pour dire que je ne les oublie pas non plus) mais l'ai mis trop près...
Aux amateurs architectes navals de me trouver une astuce pour mettre les éoliennes à au moins 20m du poste de barre mais pas à plus de 1m50 de haut si non elle seront arrachées de leur mât par les chocs...

A part ça, ça navigue... Avec mon dernier battement d'aile de mouette cette nuit et démarrage de la remontée vers Nantucket demain j'espère. Donc une nuit blanche avec ma frontale sur le gennak pour être à 130° du vent et profiter de l'adonnante jusqu'à l'empannage de l'autre côte de la bulle. J'ai bien répété la dernière fois et cette zone de pétole devrait être moins difficile (je touche du kevlar)

Il y a du soleil et mon "activecho" me signale un cargo dans le coin donc je vais rester vigilant et suivre à l'AIS (essayez la traduction sous Google ??)

Portez vous bien, bon grand week-end
Erik

 

Please reload

Le programme,
4 ANNÉES POUR COURIR LE MONDE

Départ de la Transat Jacques Vabre

October 27, 2019

1/10
Please reload

Actualités

November 18, 2019

November 15, 2019

November 12, 2019

November 12, 2019

November 11, 2019

November 9, 2019

November 9, 2019

Please reload