Rechercher
  • Erik

Un problème par jour…


Les marins ont parfois tendance à en rajouter un peu lorsqu’ils racontent leurs aventures au coin du feu (ou autour d'une bière pour ceux du XXIème siècle...)

Quand les initiés racontent leur Vendée Globe, on parle de tempêtes, de vagues énormes et ils se disent qu'il faut gérer un problème par jour (une m... en fait pour être précis) et c'est pour ça qu'ils essayent d'aller vite (là j'extrapole...)

Eh bien, pour ce cas précis j'aurais tendance à leur donner raison... Nos bateaux sont super solides et donc c'est tous les petits machins qui se dégradent en douce et occupent vos journées...

Je vous ai laissé hier avec ma fuite de vérin hydraulique et la bonne nouvelle c'est que nous avons réussi reproduire le problème... Mes amis scientifiques de Gilead apprécieront, je suis sur la démarche car la première chose c'est de reproduire l'expérience et seulement ensuite on peut envisager les solutions.

Donc nous avons généré une magnifique et massive fuite de liquide hydraulique qui a aspergé les 3 compartiments qui contenaient l'huile ce qui constituait une énigme jusque-là. En fait quand on est quillé sur bâbord, le vérin tire la tète de quille et quand on fait une remise verticale rapide par gravité, l'huile est poussée avec une très haute pression vers la cuve du circuit fermé et visiblement cette cuve ne résiste pas à la pression (elle doit redistribuer de l'autre côté du vérin) et elle s'échappe par les joints de cette fameuse cuve en giclant dans toutes les directions (désolé je ne suis pas équipé pour faire un dessin :-)).

Est-ce que le problème vient de l'étanchéité de la cuve, d'un trop plein ou le nouveau flexible installé a-t-il une influence sur le jeu de pression ?? Là on n'est plus dans la reproduction mais dans la recherche de la cause... Bref nous allons remettre les niveaux au minimum et la prochaine fois ferons une remise verticale beaucoup plus lente pour voir si les pressions s'équilibrent mieux...

Par contre on ne le saura que dans 3 jours car allons certainement rester en tribord amure jusqu'aux Canaries...

Alors comme ce souci, pour rester poli, peut attendre nous avons découvert une nouvelle opportunité pour nous occuper...

En effet alors que je faisais mon petit tour d'inspection sur le pont j'ai vu que le chariot qui attache la voile au niveau de la latte du ris 2 était décroché et descendu sur le chariot d'en dessous menaçant d'arracher les autres chariots... Nous avons donc affalé la grand-voile et constaté que l'axe qui fixe la voile au chariot de mât était sorti du pas de visse du boitier de la latte et comme il ne peut pas tourner, cela veut dire qu'il s'est arraché et a détruit le pas de visse... Là le diagnostic est facile et on ne cherche pas à reproduire…

Seule solution "rapide" : remettre l'axe dans le boitier de latte mais en le collant avec une résine spéciale. Le souci c'est... si ça tient, ce sera fixe alors que le principe est de laisser un demi-tour de flexibilité à l'axe pour pouvoir baisser la voile au 3ème ris et aussi permettre au chariot de facilement monter et descendre sur le rail du mât.

On va donc tenter le coup car là on est avec 2 ris dans la voile et on se traine un peu...

Résultat demain matin, on vous racontera vite...

A part ça nous avons fait journée toilette et changement de vêtements (après seulement 4 jours...) et surtout avons pris l'option de descendre plein sud avec dans 2 jours une rotation vers la droite. Normalement sur les fichiers on arrive avec le vent...

Sur ce, on va se préparer au bricolage.

Mais on ne se plaint pas, le chemin vers un monde sans sida sera plus long et plus compliqué et là on doit tous être mobilisés.

Le voyage vers le Brésil continue

Amitiés

Erik


0 vue

Le Voilier au Ruban Rouge. Proudly created with Wix.com