Rechercher
  • Erik

Défi Azimut : Priorité à la Boucle sur le Triangle !


Nous avions deux objectifs « sportifs » avec la participation du Voilier au Ruban Rouge à l’édition 2019 du Défi Azimut :

1- Valider la préparation du voilier et en particulier les changements de drisses et bosses et la révision en profondeur de l’électronique et la mise en place des hydro générateurs

2- Trouver les réglages pour se caler en vitesse par rapport aux autres IMOCA sans foil

Et un objectif « cœur » avec le soutien à la venue de la Boucle du Ruban Rouge à Lorient pour l’augmentation de la contribution de la France au fonds mondial de lutte contre le sida.

Je ne vais pas vous dire que nous avons tout de suite trouvé la carburation pour se placer dans le paquet de nos concurrents mais en revanche nous sommes rentrés à temps pour apporter notre soutien à la Boucle… ce qui est le plus important au moins jusqu’au 10 Octobre… !

Nous avons en effet eu du mal à nous mettre dans le rythme avec un départ (très/trop) prudent pour une « petite balade » dans le golfe de Gascogne au contraire de nos concurrents qui eux sont partis pour un sprint de 700 milles comme sur un run entre Groix et Lorient… !!!

Le temps de remettre toute la toile et les copains s’étaient envolés et même si nous avons fini le premier bord (plein sud avec une marque virtuelle au large d’Arcachon) sur des moyennes se rapprochant des 20 nœuds nous n’avons pas pu recoller et avons même repris du retard en tardant à envoyer le grand Gennaker sur le bord suivant vers le Nord-Ouest.

Le positif c’est que nous avons franchi un palier en atteignant des moyennes de vitesse élevées en relative confiance et sans souci technique sur le bateau. L’autre positif c’est que nous disposerons pour la Transat Jacques Vabre d’un petit Gennaker qui devrait nous tirer plus facilement que le grand foc (J1) grâce à sa plus grande taille et sa position sur le bout dehors qui limitera les plantés (enfournement).

Cependant notre grand Gennaker est vraiment très compliqué à rouler (même avec moins de 20 nœuds de vent) et comme il est très creux cela limitera sont utilisation… Et puis les copains sont vraiment bien affutés, il va falloir être capable de rentrer dans le match dès les premières heures de la Transat JV tout en ménageant la monture car il faut absolument finir pour conserver mon avance pour la qualification pour le Vendée Globe… Ca, ça va me prendre sûrement un peu la tête…

Heureusement finir n’était pas impératif pour le défi Azimut et nous avons donc coupé le fromage après avoir prévenu la direction de course afin de rentrer Samedi en début d’après-midi à Lorient pour participer à la Boucle du Ruban Rouge que je parraine.

Côté planète, nous avons navigué 48h sans émissions de CO2 grâce aux nouveaux hydro générateurs et avec mon navire construit en 2006 et non modifié depuis (et avec les plus vieilles voiles du circuit) je pense avoir gagné la course à la plus petite empreinte carbone !

L’IMOCA est une classe de bateaux très impressionnants et les pousser reste un challenge mental plus que physique (bon, il peut vite devenir très physique pour rattraper les bêtises…). Il ne faut pas regarder en haut et flipper en voyant les centaines de mètres carrés de toile envoyés dans 30 nœuds de vent mais juste observer la barre sous pilote automatique : si le bateau va droit, que cela ne force pas d’un côté ou de l’autre c’est que ça peut le faire et qu’il faut y aller et mettre encore plus de toile !

Nous avons été gâtés par les conditions de vent et de soleil et l’organisation de ce défi a été parfaite. Il nous reste maintenant un mois pour peaufiner la préparation du bateau et des marins afin d’être au top pour le 27 Octobre !

Et d’ici là restons mobilisés et ne lâchons rien pour que le 10 Octobre notre président annonce une augmentation sensible de la contribution de la France au Fonds mondial !

A très vite, amitiés

Erik


0 vue

Le Voilier au Ruban Rouge. Proudly created with Wix.com